arts visuels / Arts Visuels, Architecture & Design / QUEBEC - La Biennale d'art contemporain de Québec accueille de nombreux artistes français

Alexia Fabre s’est inspirée d’un roman initiatique de Goliarda Sapienza, L’art de la joie, dont l’héroïne fait de la joie la quête de sa vie.
Ce thème ouvert permet d’explorer la notion de joie non pas dans l’illustration pure d’un propos, mais bien dans la richesse de ses expressions artistiques, au regard des préoccupations de la société contemporaine. Par le biais d’œuvres majoritairement inédites, il permet de poursuivre et d’interroger cette quête d’un certain rapport au monde, passé et présent, et tout ce qu’il sous-tend. Il s’agit donc de créer pour cette exposition une tension entre la joie et son contraire, sa face radieuse et son revers.

Pour Alexia Fabre, « aujourd’hui plus que jamais, face à la vague d’obscurantisme qui nous menace et qui cherche à nous terroriser, la joie est ciblée, attaquée, brutalisée, car elle incarne la culture, le savoir, la conscience et, avant tout, la force de l’humanité ».
 

Exposition principale

Christian Boltanski

Animitas, 2017

Vidéo et installation

Convoquant les rites ancestraux, Christian Boltanski développe une œuvre universelle qui réconcilie la mémoire collective et l’intime. Il crée, aujourd’hui au plus proche des éléments, des monuments aux âmes errantes, des mémoriaux pour les vivants et les morts, odes aux vies passées, à l’humanité.

Christian Boltanski est une figure majeure de la scène artistique contemporaine internationale. Plusieurs institutions importantes lui ont consacré des expositions monographiques, notamment le Grand Palais à l’occasion de Monumenta (2010) et le Musée d’art moderne de la Ville de Paris (1998). Boltanski a également pris part à plusieurs manifestations artistiques et biennales à travers le monde, telles que la Documenta (1972 et 1987) et la Biennale de Venise (1986, 2011 et 2015). Ses œuvres figurent parmi d’importantes collections internationales comme celles du Museum of Modern Art (MoMA) (New York), de la galerie Tate Modern (Londres) et du Centre Pompidou (Paris).

Clément Cogitore

L’intervalle de résonance, 2016

Assange dancing, 2012

Élégies, 2014 Vidéos

Pour La biennale, Clément Cogitore propose trois œuvres vidéographiques pouvant s’appréhender de manière à la fois autonome et complémentaire. Ici, le mythe et la poésie viennent pallier les faiblesses du réel. L’artiste instaure alors un dialogue entre la réalité et l’imaginaire afin de laisser entrevoir de nouveaux possibles.

Clément Cogitore est diplômé de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg et du Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions individuelles, notamment au Palais de Tokyo (2016) et au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (2014). Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux et ont été maintes fois récompensés. En 2015, il a remporté le prix Fondation Gan à la diffusion, remis en marge du Festival de Cannes, pour son premier long métrage Ni le ciel ni la terre, qui a également été retenu pour le César du meilleur premier film. Cogitore est représenté par la Galerie Eva Hober (Paris) et la Galerie Reinhard Hauff (Stuttgart).

Annette Messager

Danses du scalp, 2012

Installation cinétique

L’installation Danses du scalp dresse le portrait d’une femme – Annette Messager – et celui du monde dans lequel elle évolue : une humanité qui ne cesse de se réinventer, qui résiste et qui déjoue les attendus.

Annette Messager est une figure majeure de la scène artistique internationale. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions solos, notamment au Museum of Contemporary Art de Sydney (2014), au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (2012) et au Centre Pompidou (2007). Messager a également pris part à plusieurs manifestations artistiques internationales telles que la Documenta (1977 et 2002) et la Biennale de Venise (1980, 2003 et 2005), où elle a d’ailleurs remporté le Lion d’or en 2005. Ses œuvres figurent dans plusieurs collections à travers le monde, dont celles du Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et du Musée d’art contemporain du Val-de-Marne. L’artiste est représentée par la Marian Goodman Gallery (New York, Paris et Londres).

Morgane Tschiember

Performance

Convoquant la figure de la « Panthère rose » – symbole à la fois comique et touchant –, Morgane Tschiember invite son personnage fétiche à performer dans l’espace du musée en repeignant des murs des salles d’exposition dans « son » rose, singulier et reconnaissable.

Morgane Tschiember a parfait sa formation à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne ainsi qu’à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Plusieurs expositions individuelles lui ont été consacrées un peu partout dans le monde, notamment aux États-Unis, en France, en Italie et au Japon. Dernièrement, son travail a été présenté au Musée des beaux-arts de Dole (2015) et au Musée d’art contemporain du Val-de-Marne (2016). Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées et publiques, dont celles des Abattoirs, musée d’art moderne et contemporain de Toulouse, du Musée des beaux-arts de Rennes et du Fonds national d’art contemporain. L’artiste est représentée par la galerie Loevenbruck (Paris).

Jean-Luc Verna

Paramour, 2012

Dessin

Détournant le fameux logo de Paramount, l’artiste français Jean-Luc Verna crée son propre emblème :  Paramour. Ce faisant, il met en lumière la vanité de ce type de symbole tout en imposant, à son tour, sa propre légende.

DISCUSSION

LES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES DU MNBAQ

17 février 13 h 30 | Salle Multi, pavillon central

Catherine Morency présente le travail d’éditrice déléguée, de créatrice de livres d’art au MNBAQ. Elle exprime le défi que représente la réalisation du catalogue de Manif d’art 8 – La biennale de Québec et elle s’entretient avec l’un des auteurs du livre, l’historien d’art français, Paul Ardenne.

Expositions en galeries

Le Lieu, centre en art actuel

Joël Hubaut

HUB / HUB 2017 (agencement & contexturie vive), 2017

Performance et installation

Une liberté esthétique et idéologique traverse l’ensemble de la pratique de Joël Hubaut, opposant l’énergie du désordre à l’obsession d’un idéal. Répondant à la thématique de L’Art de la joie avec la folie et l’irrévérence qu’on lui connaît, l’artiste propose une œuvre installative et performative inédite.

Le travail de Joël Hubaut a été présenté dans de nombreuses expositions, tant collectives qu’individuelles, à travers le monde. L’artiste est régulièrement invité à participer à des manifestations d’art performance et de poésie, principalement en Europe, mais également en Asie et en Amérique. Très engagé, il a fondé l’espace Nouveau Mixage international, les Éditions de la CREM (Conceptuelle rapide et maximale) et la revue sonore Fractal Musik. Il a aussi publié plusieurs ouvrages, dont Re-mix épidémik : esthétique de la dispersion (Les presses du réel, 2006) et Sophisme (Les presses du réel, 2013). Hubaut est représenté par la Galerie Lara Vincy (Paris).

L’Œil de Poisson (Grande galerie et murale)

Nøne Futbol Club

Work n°101 : On air, 2016

Installation

L’installation Work n°101 : On air reprend le principe du pendule de Newton, à l’exception qu’ici, ce ne sont pas des billes que le spectateur est invité à mettre en mouvement, mais des téléviseurs. Avec humour, l’œuvre suggère une réflexion sur le flot d’informations et d’images qui traversent la société contemporaine.

NØne Futbol Club est un duo d’artistes à l’intérieur duquel la notion d’identité propre est évacuée au profit d’une démarche entièrement concertée. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions, tant individuelles que collectives, en Amérique du Nord et en Europe, dont la fameuse Co-workers : le réseau comme artiste organisée au Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 2015-2016. Les œuvres du tandem figurent notamment dans les collections du Musée d’art contemporain du Val-de-Marne et du Stedelijk Museum de Bois-le-Duc, aux Pays-Bas. En 2016, le collectif a été l’invité spécial du volet art public de la Cph Art Week de Copenhague.

Galerie des arts visuels

Jean-Christophe Norman

Histoires du jour et de la nuit, 2017

Performance et installation

Jean-Christophe Norman crée un espace immersif en recouvrant les murs de la Galerie des arts visuels de différents collages et assemblages de textes : les siens, mais aussi les mots des autres. L’œuvre se veut une réflexion sur le temps qui passe et l’expression d’un désir de saisir l’instant présent.

Jean-Christophe Norman a présenté son travail dans de nombreuses expositions, en solo comme en groupe, à travers le monde entier. Il a également été invité à réaliser des performances dans plusieurs grandes villes telles que Tokyo, Istanbul et Paris. En 2012, Les presses du réel ont publié une première monographie sur le parcours de l’artiste. Deux ans plus tard, en 2014, le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) de Franche-Comté lui a consacré une première exposition rétrospective. Les œuvres de Norman figurent dans plusieurs collections privées et publiques, notamment celle du FRAC.

Façade du Musée de la civilisation

Ange Leccia

La Mer, 2016

Vidéo

Pour La biennale, Ange Leccia revisite une de ses plus célèbres œuvres vidéo : La Mer. Jouant avec les motifs sinueux et graphiques des vagues, l’artiste transforme le paysage en une composition abstraite et volatile évoquant le caractère insalissable de l’existence et nous invitant à poser un regard nouveau sur le monde.

Ange Leccia s’est vu consacrer plusieurs expositions monographiques à travers le monde, notamment au Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, en 2013. Il a également pris part à de nombreuses manifestations artistiques internationales, dont la Biennale de Venise (1993 et 2011) et la Documenta (1987). Ses œuvres font partie de collections privées et publiques, dont celle du Solomon R. Guggenheim Museum (New York), du Centre Pompidou (Paris) et du Seibu Museum of Art (Tokyo). L’artiste est directeur d’une unité de recherche au Palais de Tokyo (Paris). Il est représenté par les galeries Anselm Dreher (Berlin) et Almine Rech (Paris, Bruxelles, Londres).

Campagne d’affichage dans la ville

Jean-Charles Massera

Speed Reinventing, 2016-2017

Affiches

Pour la biennale, l’artiste français Jean-Charles Massera a été invité à créer une campagne d’affichage à travers la Vieille Capitale. Engagé et critique, ce projet remet en question le flux d’images et de slogans qui tisse la trame urbaine et conditionne le quotidien.

Jean-Charles Massera est un artiste des mots, du son et de l’image. Ses œuvres sonores ont été diffusées aussi bien à la radio que lors de manifestations artistiques et d’expositions collectives, notamment en France, en Pologne, en Espagne et en Allemagne. Il a été invité à offrir des performances à l’occasion de spectacles artistiques et théâtraux européens. Il est également l’auteur de plusieurs récits, chansons ou essais sous forme de fictions, en plus d’avoir réalisé de nombreux films.

Manif d'art 600, côte d’Abraham Québec (Québec) Canada G1R 1A1

QUEBEC - La Biennale d'art contemporain de Québec accueille de nombreux artistes français

Quand
02/17/2017
Manif d'art
600, côte d’Abraham
Québec (Québec)
Canada G1R 1A1

Alexia Fabre s’est inspirée d’un roman initiatique de Goliarda Sapienza, L’art de la joie, dont l’héroïne fait de la joie la quête de sa vie.
Ce thème ouvert permet d’explorer la notion de joie non pas dans l’illustration pure d’un propos, mais bien dans la richesse de ses expressions artistiques, au regard des préoccupations de la société contemporaine. Par le biais d’œuvres majoritairement inédites, il permet de poursuivre et d’interroger cette quête d’un certain rapport au monde, passé et présent, et tout ce qu’il sous-tend. Il s’agit donc de créer pour cette exposition une tension entre la joie et son contraire, sa face radieuse et son revers.

Pour Alexia Fabre, « aujourd’hui plus que jamais, face à la vague d’obscurantisme qui nous menace et qui cherche à nous terroriser, la joie est ciblée, attaquée, brutalisée, car elle incarne la culture, le savoir, la conscience et, avant tout, la force de l’humanité ».
 

Exposition principale

Christian Boltanski

Animitas, 2017

Vidéo et installation

Convoquant les rites ancestraux, Christian Boltanski développe une œuvre universelle qui réconcilie la mémoire collective et l’intime. Il crée, aujourd’hui au plus proche des éléments, des monuments aux âmes errantes, des mémoriaux pour les vivants et les morts, odes aux vies passées, à l’humanité.

Christian Boltanski est une figure majeure de la scène artistique contemporaine internationale. Plusieurs institutions importantes lui ont consacré des expositions monographiques, notamment le Grand Palais à l’occasion de Monumenta (2010) et le Musée d’art moderne de la Ville de Paris (1998). Boltanski a également pris part à plusieurs manifestations artistiques et biennales à travers le monde, telles que la Documenta (1972 et 1987) et la Biennale de Venise (1986, 2011 et 2015). Ses œuvres figurent parmi d’importantes collections internationales comme celles du Museum of Modern Art (MoMA) (New York), de la galerie Tate Modern (Londres) et du Centre Pompidou (Paris).

Clément Cogitore

L’intervalle de résonance, 2016

Assange dancing, 2012

Élégies, 2014 Vidéos

Pour La biennale, Clément Cogitore propose trois œuvres vidéographiques pouvant s’appréhender de manière à la fois autonome et complémentaire. Ici, le mythe et la poésie viennent pallier les faiblesses du réel. L’artiste instaure alors un dialogue entre la réalité et l’imaginaire afin de laisser entrevoir de nouveaux possibles.

Clément Cogitore est diplômé de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg et du Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions individuelles, notamment au Palais de Tokyo (2016) et au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (2014). Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux et ont été maintes fois récompensés. En 2015, il a remporté le prix Fondation Gan à la diffusion, remis en marge du Festival de Cannes, pour son premier long métrage Ni le ciel ni la terre, qui a également été retenu pour le César du meilleur premier film. Cogitore est représenté par la Galerie Eva Hober (Paris) et la Galerie Reinhard Hauff (Stuttgart).

Annette Messager

Danses du scalp, 2012

Installation cinétique

L’installation Danses du scalp dresse le portrait d’une femme – Annette Messager – et celui du monde dans lequel elle évolue : une humanité qui ne cesse de se réinventer, qui résiste et qui déjoue les attendus.

Annette Messager est une figure majeure de la scène artistique internationale. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions solos, notamment au Museum of Contemporary Art de Sydney (2014), au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (2012) et au Centre Pompidou (2007). Messager a également pris part à plusieurs manifestations artistiques internationales telles que la Documenta (1977 et 2002) et la Biennale de Venise (1980, 2003 et 2005), où elle a d’ailleurs remporté le Lion d’or en 2005. Ses œuvres figurent dans plusieurs collections à travers le monde, dont celles du Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et du Musée d’art contemporain du Val-de-Marne. L’artiste est représentée par la Marian Goodman Gallery (New York, Paris et Londres).

Morgane Tschiember

Performance

Convoquant la figure de la « Panthère rose » – symbole à la fois comique et touchant –, Morgane Tschiember invite son personnage fétiche à performer dans l’espace du musée en repeignant des murs des salles d’exposition dans « son » rose, singulier et reconnaissable.

Morgane Tschiember a parfait sa formation à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne ainsi qu’à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Plusieurs expositions individuelles lui ont été consacrées un peu partout dans le monde, notamment aux États-Unis, en France, en Italie et au Japon. Dernièrement, son travail a été présenté au Musée des beaux-arts de Dole (2015) et au Musée d’art contemporain du Val-de-Marne (2016). Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées et publiques, dont celles des Abattoirs, musée d’art moderne et contemporain de Toulouse, du Musée des beaux-arts de Rennes et du Fonds national d’art contemporain. L’artiste est représentée par la galerie Loevenbruck (Paris).

Jean-Luc Verna

Paramour, 2012

Dessin

Détournant le fameux logo de Paramount, l’artiste français Jean-Luc Verna crée son propre emblème :  Paramour. Ce faisant, il met en lumière la vanité de ce type de symbole tout en imposant, à son tour, sa propre légende.

DISCUSSION

LES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES DU MNBAQ

17 février 13 h 30 | Salle Multi, pavillon central

Catherine Morency présente le travail d’éditrice déléguée, de créatrice de livres d’art au MNBAQ. Elle exprime le défi que représente la réalisation du catalogue de Manif d’art 8 – La biennale de Québec et elle s’entretient avec l’un des auteurs du livre, l’historien d’art français, Paul Ardenne.

Expositions en galeries

Le Lieu, centre en art actuel

Joël Hubaut

HUB / HUB 2017 (agencement & contexturie vive), 2017

Performance et installation

Une liberté esthétique et idéologique traverse l’ensemble de la pratique de Joël Hubaut, opposant l’énergie du désordre à l’obsession d’un idéal. Répondant à la thématique de L’Art de la joie avec la folie et l’irrévérence qu’on lui connaît, l’artiste propose une œuvre installative et performative inédite.

Le travail de Joël Hubaut a été présenté dans de nombreuses expositions, tant collectives qu’individuelles, à travers le monde. L’artiste est régulièrement invité à participer à des manifestations d’art performance et de poésie, principalement en Europe, mais également en Asie et en Amérique. Très engagé, il a fondé l’espace Nouveau Mixage international, les Éditions de la CREM (Conceptuelle rapide et maximale) et la revue sonore Fractal Musik. Il a aussi publié plusieurs ouvrages, dont Re-mix épidémik : esthétique de la dispersion (Les presses du réel, 2006) et Sophisme (Les presses du réel, 2013). Hubaut est représenté par la Galerie Lara Vincy (Paris).

L’Œil de Poisson (Grande galerie et murale)

Nøne Futbol Club

Work n°101 : On air, 2016

Installation

L’installation Work n°101 : On air reprend le principe du pendule de Newton, à l’exception qu’ici, ce ne sont pas des billes que le spectateur est invité à mettre en mouvement, mais des téléviseurs. Avec humour, l’œuvre suggère une réflexion sur le flot d’informations et d’images qui traversent la société contemporaine.

NØne Futbol Club est un duo d’artistes à l’intérieur duquel la notion d’identité propre est évacuée au profit d’une démarche entièrement concertée. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions, tant individuelles que collectives, en Amérique du Nord et en Europe, dont la fameuse Co-workers : le réseau comme artiste organisée au Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 2015-2016. Les œuvres du tandem figurent notamment dans les collections du Musée d’art contemporain du Val-de-Marne et du Stedelijk Museum de Bois-le-Duc, aux Pays-Bas. En 2016, le collectif a été l’invité spécial du volet art public de la Cph Art Week de Copenhague.

Galerie des arts visuels

Jean-Christophe Norman

Histoires du jour et de la nuit, 2017

Performance et installation

Jean-Christophe Norman crée un espace immersif en recouvrant les murs de la Galerie des arts visuels de différents collages et assemblages de textes : les siens, mais aussi les mots des autres. L’œuvre se veut une réflexion sur le temps qui passe et l’expression d’un désir de saisir l’instant présent.

Jean-Christophe Norman a présenté son travail dans de nombreuses expositions, en solo comme en groupe, à travers le monde entier. Il a également été invité à réaliser des performances dans plusieurs grandes villes telles que Tokyo, Istanbul et Paris. En 2012, Les presses du réel ont publié une première monographie sur le parcours de l’artiste. Deux ans plus tard, en 2014, le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) de Franche-Comté lui a consacré une première exposition rétrospective. Les œuvres de Norman figurent dans plusieurs collections privées et publiques, notamment celle du FRAC.

Façade du Musée de la civilisation

Ange Leccia

La Mer, 2016

Vidéo

Pour La biennale, Ange Leccia revisite une de ses plus célèbres œuvres vidéo : La Mer. Jouant avec les motifs sinueux et graphiques des vagues, l’artiste transforme le paysage en une composition abstraite et volatile évoquant le caractère insalissable de l’existence et nous invitant à poser un regard nouveau sur le monde.

Ange Leccia s’est vu consacrer plusieurs expositions monographiques à travers le monde, notamment au Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, en 2013. Il a également pris part à de nombreuses manifestations artistiques internationales, dont la Biennale de Venise (1993 et 2011) et la Documenta (1987). Ses œuvres font partie de collections privées et publiques, dont celle du Solomon R. Guggenheim Museum (New York), du Centre Pompidou (Paris) et du Seibu Museum of Art (Tokyo). L’artiste est directeur d’une unité de recherche au Palais de Tokyo (Paris). Il est représenté par les galeries Anselm Dreher (Berlin) et Almine Rech (Paris, Bruxelles, Londres).

Campagne d’affichage dans la ville

Jean-Charles Massera

Speed Reinventing, 2016-2017

Affiches

Pour la biennale, l’artiste français Jean-Charles Massera a été invité à créer une campagne d’affichage à travers la Vieille Capitale. Engagé et critique, ce projet remet en question le flux d’images et de slogans qui tisse la trame urbaine et conditionne le quotidien.

Jean-Charles Massera est un artiste des mots, du son et de l’image. Ses œuvres sonores ont été diffusées aussi bien à la radio que lors de manifestations artistiques et d’expositions collectives, notamment en France, en Pologne, en Espagne et en Allemagne. Il a été invité à offrir des performances à l’occasion de spectacles artistiques et théâtraux européens. Il est également l’auteur de plusieurs récits, chansons ou essais sous forme de fictions, en plus d’avoir réalisé de nombreux films.

1/3
Ongoing events
agenda

TORONTO - Exposition Latifa Echakhch au Power Plant

Du 15 octobre 2016 au 15 mai 2017
Power Plant Contemporary Art Gallery
231 Queens Quay W, Toronto, ON M5J 2G8, Toronto
agenda

TORONTO - L'Exposition ATTICA, USA 1971: Images and sounds of a Rebellion au Ryerson Image Centre

Du 18 janvier au 9 avril 2017
Ryerson Image Centre, School of Image Arts, IMA 307
33 GOULD STREET, TORONTO, ONTARIO M5B 2K3
agenda

TORONTO - A wall is just a wall : Kapwani Kiwanga à la galerie Power Plant

Du 28 janvier au 14 mai 2017
Power Plant Contemporary Art Gallery
231 Queens Quay W, Toronto, ON M5J 2G8, Toronto
agenda

WHISTLER : Matisse Drawings @ Audain Art Museum

Du 25 février au 22 mai 2017
Audain Art Museum
4350 Blackcomb Way
Whistler, British Columbia
Canada, V0N 1B4
agenda

SURREY - Scenocosme @ Surrey Art Gallery

Jusqu'au 7 mai 2017
Chuck Bailey Rec Centre
13458 107A Avenue Surrey, BC V3T 0G4