arts visuels / Arts Visuels, Architecture & Design / VANCOUVER - Caroline Mesquita: The Ballad @ 221A

La pratique sculpturale de Caroline Mesquita entremêle  la matérialité de ses feuilles de cuivre et laiton altérées, oxydées et peintes avec une allure théâtrale. Ses expérimentations métallurgiques donnent vie à des silhouettes à taille réelle, interagissant les unes avec les autres dans une mise en scène créée à partir de feuilles sculptées et formant un environnement d'acier. Pour l'exposition The Ballad, présentée à la Fondation d'entreprise Ricard, Mesquita a produit une série de douze personnages sculptés qui interagissent et se font face ou face au spectateur. Leur présence brouillant ainsi la ligne entre fiction/réalité, humains/mannequins. C'est une procession, une forme de célébration publique, un moment de communion.


Il y a une audace distinctive dans le geste et l'approche du matériau et de l'objet de Caroline Mesquita qui transforme des morceaux de métal rugueux en un ensemble sophistiqué de sculptures colorées formant un défilé joyeux d'âmes dansantes. La structure de son travail est encadrée par de gros morceaux d'acier gris foncé, évoquant un trottoir, une aile et des moteurs à réaction d'un avion disloqué, comme s'il s'était écrasé dans une zone lointaine désertique, fournissant aux personnages métalliques - peut-être les passagers de cette avion - une toile de fond ou une aire de jeux composée de fragments restants. Dans la vidéo produite et intitulée The Ballad (2017), Mesquita apparaît à côté de ses sculptures et l'interaction qu'elle crée pousse les limites et réinvente les moyens de vivre ensemble. Avec cette prétendue  myriade de personnages vêtues de costumes divers et de maquillage, qu'il s'agisse de personnification d'un pilote, d'un adolescent ou d'une élégante femme gothique, Mesquita semble contester notre compréhension de la construction et de la représentation de l'identité, oscillant entre tendresse et violence, amour et vice. Au fur et à mesure que ses sculptures la câlinent et la caressent, l'attaquent et la blessent, la bande sonore de la vidéo – scintillante et métallique - donne l'impression d'un carnaval délicieusement pervers.


Martha Kirszenbaum, conservatrice


Réception d'ouverture / 1er avril 2017 – 17h00 à 20h00

Le premier chapitre du projet a été organisé à la Fondation d'entreprise Ricard, à Paris, plus tôt cette année. Les expositions s'inscrivent dans un livre d'artistes publié plus tard dans l'année. Plus d'informations: 221A

Avec le soutien des Services culturels de l'Ambassade de France au Canada et de l'Institut Français.

221A gallery 100-221 E Georgia Vancouver, BC

VANCOUVER - Caroline Mesquita: The Ballad @ 221A

Quand
Du 4 avril à 3 juin
221A gallery
100-221 E Georgia
Vancouver, BC
Excerpt from Caroline Mesquita’s The Ballad, 2017, digital video, 29 min. Courtesy the Artist, carlier | gebauer, Berlin and Union Pacific, London. Produced by Fondation d’entreprise Ricard, Paris and 221A, Vancouver.

La pratique sculpturale de Caroline Mesquita entremêle  la matérialité de ses feuilles de cuivre et laiton altérées, oxydées et peintes avec une allure théâtrale. Ses expérimentations métallurgiques donnent vie à des silhouettes à taille réelle, interagissant les unes avec les autres dans une mise en scène créée à partir de feuilles sculptées et formant un environnement d'acier. Pour l'exposition The Ballad, présentée à la Fondation d'entreprise Ricard, Mesquita a produit une série de douze personnages sculptés qui interagissent et se font face ou face au spectateur. Leur présence brouillant ainsi la ligne entre fiction/réalité, humains/mannequins. C'est une procession, une forme de célébration publique, un moment de communion.


Il y a une audace distinctive dans le geste et l'approche du matériau et de l'objet de Caroline Mesquita qui transforme des morceaux de métal rugueux en un ensemble sophistiqué de sculptures colorées formant un défilé joyeux d'âmes dansantes. La structure de son travail est encadrée par de gros morceaux d'acier gris foncé, évoquant un trottoir, une aile et des moteurs à réaction d'un avion disloqué, comme s'il s'était écrasé dans une zone lointaine désertique, fournissant aux personnages métalliques - peut-être les passagers de cette avion - une toile de fond ou une aire de jeux composée de fragments restants. Dans la vidéo produite et intitulée The Ballad (2017), Mesquita apparaît à côté de ses sculptures et l'interaction qu'elle crée pousse les limites et réinvente les moyens de vivre ensemble. Avec cette prétendue  myriade de personnages vêtues de costumes divers et de maquillage, qu'il s'agisse de personnification d'un pilote, d'un adolescent ou d'une élégante femme gothique, Mesquita semble contester notre compréhension de la construction et de la représentation de l'identité, oscillant entre tendresse et violence, amour et vice. Au fur et à mesure que ses sculptures la câlinent et la caressent, l'attaquent et la blessent, la bande sonore de la vidéo – scintillante et métallique - donne l'impression d'un carnaval délicieusement pervers.


Martha Kirszenbaum, conservatrice


Réception d'ouverture / 1er avril 2017 – 17h00 à 20h00

Le premier chapitre du projet a été organisé à la Fondation d'entreprise Ricard, à Paris, plus tôt cette année. Les expositions s'inscrivent dans un livre d'artistes publié plus tard dans l'année. Plus d'informations: 221A

Avec le soutien des Services culturels de l'Ambassade de France au Canada et de l'Institut Français.