arts visuels / Arts Visuels, Architecture & Design / Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt

Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt

(Mis à jour le Juillet 17, 2014)

Les artistes Grégory Lasserre et Anaïs met den Ancxt forment le duo Scenocosme. Ils vivent et travaillent ensemble en région Rhône-Alpes en France.
A travers des formes d’expressions pluridisciplinaires, Scenocosme développe la notion d’interactivité, par laquelle l’oeuvre existe et évolue grâce à l’action des spectateurs. En distillant la technologie numérique, ils en font ressortir des essences de rêve et de poésie, ils en utilisent ainsi la partie vivante, sensible voire fragile.
Leurs oeuvres sont issues d’hybridations possibles entre le monde vivant et la technologie dont les points de rencontres les incitent à inventer des langages sensibles et poétiques. Ils explorent entre autres les relations invisibles que nous entretenons avec l’environnement : ils rendent alors sensibles les variations énergétiques infimes des êtres-vivants en proposant des mises en scène interactives où les spectateurs partagent des expériences sensorielles extraordinaires.
Anaïs, née en 1981, est issue du post-diplôme «design et recherche» à l’école supérieure d’Art et de Design de Saint-Etienne. Elle est aussi titulaire du DNSEP Design d’espaces (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) de l’école nationale des Beaux-Arts de Lyon, et d’une licence d’anthropologie.
Grégory, né en 1976, est artiste plasticien / créateur numérique. Il est titulaire d’un Master en multimédia, ainsi que de plusieurs diplômes en informatique et électronique. Il crée des oeuvres interactives depuis 2002. Il a aussi collaboré à la création de spectacles multimédia avec plusieurs compagnies de théâtre.
Lorsqu’ils conçoivent leurs oeuvres interactives, ils explorent les capacités que leurs offrent les technologies afin de dessiner des relations sensibles au sein de créations capables d’augmenter nos sens et nos perceptions. Leur processus artistique se caractérise par l’introduction d’éléments naturels dans leurs installations artistiques et technologiques, tels que des plantes, des pierres, de l’eau, du bois, le corps humain. Ils s’intéressent aux influences énergétiques des corps vivants en tant que sources d’interactions possibles comme l’énergie électrostatique et la chaleur.
Les plantes de leur oeuvre Akousmaflore sont ainsi capables d’émettre des sons aux contacts physiques des spectateurs. Ils se servent aussi de l’eau (Fluides), des pierres (Kymapetra) et du bois (Ecorces; Matières sensibles) comme des éléments capables d’engendrer une interactivité sensorielle tactile, visuelle et sonore.
Le corps des spectateurs est le siège de leurs attentions en ce qu’il est capable d’entrer en relation avec l’autre et avec les éléments. Ils portent un intérêt particulier aux rapports que les individus peuvent avoir entre eux et ils s’attachent à proposer de nouvelles possibilités de rencontres et relations. Leurs installations artistiques impliquent ainsi le public socialement et physiquement :
Leur création SphèrAléas est un espace géodésique interactif qui convie les spectateurs à expérimenter et créer ensemble des performances visuelles musicales en temps réel. Cette oeuvre a reçu du CNC une bourse de création DICRéAM en 2005. Encore présentée aujourd’hui, elle continue à se nourrir des temps de rencontres partagés avec les publics.
Leur oeuvre Lights Contacts invite les spectateurs à toucher la peau et le corps des autres pour produire des sons et lumière, questionnant notre rapport à l’autre dans l’espace public. Cette création a reçu le «Prix de la création Arts visuels et technologies» lors de la compétition du festival les Bains Numeriques en 2010 ainsi que le «Prix Qwartz Arts Nouveaux Médias» en 2012.

Source: Site officiel de Scenocosme

connexe