livre et savoirs / Livre & Savoirs / RegardSPM: Les Acadiens de Saint-Pierre-et-Miquelon

RegardSPM: Les Acadiens de Saint-Pierre-et-Miquelon

05 aot 2016 | By francecanadaculture Moncton

En 1713, à la suite de la signature du traité d'Utrecht, une partie de l'Acadie passe sous domination britannique et est rebaptisée Nouvelle-Écosse.Le gouverneur britannique de la Nouvelle-Ecosse, Charles Lawrence, commence alors la déportation méthodique des Acadiens en 1755.

Dès octobre 1763, plusieurs familles déportées, emprisonnées ou réfugiées, venant de Boston, fort Cumberland (fort Beauséjour), Halifax, l’Île-Saint-Jean  (IPE), l’Île-Royale (Cap Breton) et la Ristigouche, viennent s’établir à Miquelon. Cette arrivée massive d’Acadiens inquiète les autorités françaises, qui tentent d’abord de les faire passer en Guyane  (Amérique du Sud). Ils seront envoyés en France en 1778, date à laquelle Saint-Pierre-et-Miquelon est prise par les Britanniques. L'archipel est restitué à la France en 1783 et les habitants reviennent l'occuper jusqu'en 1793, où ils seront chassés une nouvelle fois par les Britanniques jusqu'en 1797. Ce n'est qu'en 1816 que Saint-Pierre-et-Miquelon est définitivement intégrée à la France et la population  acadienne s'installe pour de bon dans l'archipel en 1816. On peut donc dire que les Acadiens des îles Saint-Pierre-et-Miquelon furent ceux qui ont subi le plus grand nombre de déportations.

Aujourd'hui encore, il existe des Acadiens à Saint-Pierre-et-Miquelon, notamment sur l'île de Miquelon. Il faut toutefois préciser que les Acadiens de l’île de Saint-Pierre sont généralement  issus des Acadiens installés dans la colonie  française de Terre-Neuve. Quant aux Acadiens de Miquelon, ils sont surtout originaires de Beaubassin et de Beauséjour, en Nouvelle-Écosse.

Dans le parler de Saint-Pierre-et-Miquelon  on retrouve des traces de cet héritage acadien, notamment : crémi («glace marine, sans cohésion»), dégelis («dégel local»), neige basque («qui tombe en gros flocons»), le temps se graisse («se gâte»), pilot de neige («banc de neige»). Enfin, on ne manquera pas de remarquer que le drapeau acadien a été intégré aux armes de Miquelon.

Cette année et pour la première fois, pour célébrer le  Bicentenaire de la rétrocession de l’archipel, les Acadiens de Miquelon, organisent un Tintamarre à l’occasion de la fête nationale de l’Acadie.

Pour en savoir plus : POIRIER, Michel. Les Acadiens aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon, 1758-1828, trois déportations, trente années d'exil, Moncton, Éditions d'Acadie, 1984

connexe