spectacle vivant et musique / Spectacle Vivant & Musique / Yelle

Yelle

(Mis à jour le Juillet 11, 2014)

2006. Yelle balance sur myspace « Je veux te voir », dont les lyrics explicites et provoc et le beat dancefloor en font l'hymne immédiat d'une génération colorée et décomplexée. Le tube hédoniste propulse Julie Budet (co-auteur, chant) et Jean-François Perrier (aka GrandMarnier, auteur-compositeur, batteur) sur la scène internationale - en dépit ou grâce à ses paroles en Français!

2011. Yelle ne sont plus tout à fait les mêmes. Rejoints juste après l'épopée myspace par Tepr (un ami compositeur de musique électronique, notamment ancien membre d'Abstrackt Keal Agram), ils ont à leur actif Pop-up (2007), album enjoué aux textes espiègles mi-parlés mi-chantés et aux séquences électro catchy, et une tournée gigantesque qui les a amenés tout autour du monde, notamment aux Etats-Unis où leur fanbase demeure dévouée. Yelle s'impose aujourd'hui comme un vrai trio rôdé au live qui, plutôt que de creuser le sillon des premiers succès, complexifie la donne. « Tristesse/Joie », disait le titre de l’un des morceaux de Pop-Up et ce pourrait être le nom de ce nouvel album, enregistré en un an après la tournée. « C'est difficile quand on a reçu chaque soir autant d'amour sur une tournée de se retrouver seule dans sa maison en Bretagne, forcément ce truc d'hyperexcitation/calme doit se sentir sur ce disque, c'est sûrement pour ça qu'on peut danser mais aussi parfois pleurer sur les nouvelles chansons», raconte Julie. L’album s’intitulera finalement Safari disco club ; une machine aussi euphorisante que mélancolique qui s'écoutera aussi bien à la maison qu'en clubs.

Si Yelle signifiait « You enjoy life », le trio montre qu'il sait aussi déposer les armes. Safari Disco Club oscille ainsi entre le registre de la pop grivoise (Que veux-tu, single mêlant l'électro 80's sucrée à une pop-dansante moderne & tubesque, ou Comme un enfant, hymne rave taillé pour la piste de danse) et les ritournelles synthétiques de lendemains plus difficiles ; C'est pas une vie dont les paroles obligent à se regarder dans la glace 10 ans après l'adolescence, Mon pays et son synthé new wave glaçant sur un rythme caribéen appuyé par un texte sur le besoin de changement, ou encore Unillusion (l’un des trois titres produits par le génial producteur électro allemand Siriusmo) qui fait le pont entre la house de Chicago et la techno minimale, alors que Julie s'interroge sur le sens de l'union. Quant à l’obsédant S’éteint le soleil,, il envisage la fin du monde sur des arrangements chauds/froids qui menacent autant qu'ils caressent.

Avec plus de profondeur et une plus grande diversité émotionnelle, ce safari s'aventure dans des contrées plus denses et lointaines, mais sans jamais renier ce qui constitue Yelle : l'innocence, le fun et l'audace. Pendant les années écoulées depuis Pop-Up les membres du groupe ont collaboré avec d’autres artistes comme Robyn (Who’s that girl), remixé Katy Perry et travaillé avec les Crookers (Couleur Cooler), Chiddy Bang et Nouvelle Vague et ont enrichi leur palette. Mais Yelle a surtout travaillé sur l'écriture, toujours à la recherche de la mélodie pop parfaite et du refrain qui claque. « ‘Pop-Up’ avait été produit différemment : nous avions d’abord fait ‘Je veux te voir’, puis les autres chansons étaient apparues comme un bouton d'acné, chacune à leur tour, éparpillées » raconte GrandMarnier. ‘Safari Disco Club’ est un album plus solide, fait dans une intensité continue, qui te porte du premier au dernier morceau sans que tu t'en rendes compte ».

Yelle se laisse toutes les libertés, capable de faire le grand écart entre Michael Youn et Kitsuné (le label avait sorti le single A cause des garçons à l'époque de Pop-Up, et plus récemment La Musique, premier maxi extrait du nouvel album), et réussit avec Safari Disco Club, à fédérer, véritable défi relevé ici haut les mains. Il y a fort à parier que les branchés comme les amateurs de pop, les kids autant que les trentenaires, les filles et les garçons, se retrouveront tous sous la boule à facettes du Safari Disco Club en 2011 pour danser comme des animaux.

Source: Site officiel de Yelle