visual & performing arts / actualites / L'importance de la culture en France et au Canada

L'importance de la culture en France et au Canada

02 octobre 2014 | By francecanadaculture Ottawa

La France et le Canada sont célèbres dans le monde entier par la renommée de leurs artistes, et l'aura incroyable de leur culture, dans tous les domaine : littérature, cinéma, théâtre, musique, etc. Leur excellence en matière d'innovation culturelle, en particulier dans le numérique, et leur volonté commune de préserver l'exception culturelle en font des leaders culturels.

Pour quelle part la culture compte-t-elle réellement dans l'économie de chacun des deux pays ?

Canada

Statistique Canada a publié en septembre 2014 le premier Compte satellite de la culture (CSC) du Canada, qui estime que la culture a contribué dans une proportion de 3,1 % à l'économie canadienne et les sports, dans une proportion de 0,3 % en 2010.
Les emplois liés à la culture se sont chiffrés à 647 300 en 2010, soit 3,7 % de l'emploi total.
Le PIB associé aux activités de la culture (PIB de la culture) s'est élevé à 47,8 milliards de dollars en 2010. L'audiovisuel et les médias interactifs (14,8 milliards de dollars), les arts visuels et appliqués (10,2 milliards de dollars) et les écrits et les ouvrages publiés (10,0 milliards de dollars) ont le plus contribué au PIB de la culture.

La radiodiffusion a le plus contribué au domaine de l'audiovisuel et des médias interactifs, ajoutant 8,1 milliards de dollars au PIB de la culture, suivie du film et de la vidéo (3,4 milliards de dollars). Dans le domaine des arts visuels et appliqués, le design (3,2 milliards de dollars) a le plus contribué au PIB de la culture. Le sous-domaine des journaux (2,8 milliards de dollars) a le plus contribué au domaine des écrits et des ouvrages publiés.

En résumé, le CSC de 2010 montre que la culture et le sport jouent un rôle important dans l’économie canadienne, sur le plan de la production, du PIB et de l’emploi. La contribution du secteur de la culture à l’économie canadienne a été plus importante que celle de secteurs tels que l’hébergement, les services publics et l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse.

France

La publication des chiffres français s’appuie sur la définition du champ statistique de la culture qui a fait l’objet de travaux européens de 2009 à 2011, sous l’égide d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

En 2011, l’ensemble des branches culturelles (audiovisuel, spectacle vivant, livre et presse,
agences de publicité, architecture, arts visuels, patrimoine et enseignement culturel)
totalise une production de 85 milliards d’euros, et une valeur ajoutée de 40 milliards
d’euros
. Rapporté à la valeur ajoutée de l’ensemble des branches, cela représente 2,2 %.

En 2011, l’audiovisuel (radio, cinéma, télévision, vidéo, disque) concentre un quart de la valeur ajoutée culturelle. Le spectacle vivant et le patrimoine, branches majoritairement non marchandes, concentrent respectivement 18 % et 11 % de la valeur ajoutée. La progression au cours des quinze dernières années de la part en valeur du spectacle vivant est principalement due à l’augmentation des prix dans cette branche. À l’inverse, le livre et la presse ne concentrent plus que 15 % de la valeur ajoutée culturelle en 2011, contre 26 % en 1995. Les autres branches culturelles (agences de publicité, architecture, arts visuels, enseignement culturel) contribuent dans leur ensemble à un tiers de la valeur ajoutée culturelle.

Le point de vue de Brice Couturier sur l'économie de la culture en France :

N.B. Les chiffres français et canadiens ne prennent pas en compte l'influence indirecte que peut avoir la culture sur d'autres activités économiques, par exemple le tourisme.