Le critique d’art Valère Bertrand a passé une dizaine de jours à Ottawa pour livrer une lecture de La France Heureuse, la gigantesque fresque murale peinte par Alfred Courmes (1898-1989) entre 1938 et 1939 qui orne les murs de la Salle à manger de l’Ambassade de France à Ottawa.

Depuis sa réalisation, cette œuvre monumentale a fait beaucoup parler d’elle dans les couloirs et les bureaux de l’administration française, mais aussi dans les réceptions diplomatiques qui se sont
succédées au fil du temps au sein de la Résidence de France. Paradoxalement, elle a fait couler peu d’encre dans le milieu artistique. Située ici à Ottawa, et plus précisément au cœur de l’ambassade, cette œuvre demeure largement méconnue. Cette méconnaissance a d’abord été consciencieusement recherchée, puisque la fresque est restée recouverte entre le début des années 1950 et 1983. Mais depuis sa restauration par Jean-Paul Ledeur, elle n’a pas fait l’objet d’une attention aiguisée. Souvent entrevue mais rarement interrogée, elle est devenue une simple décoration, quoique originale. Or, elle est bien plus que cela. C’est un chef-d’œuvre à bien des égards.

Il devenait donc urgent de combler le vide analytique qui subsistait à son sujet. Le service culturel et scientifique de l’Ambassade de France a donc décidé d’inviter un spécialiste en histoire de l’art afin de réaliser une lecture, la première de cette œuvre, dont la complexité est à la hauteur de l’ambition de Courmes. Le critique d’art et ancien collaborateur de France Culture, Monsieur Valère Bertrand, qui a eu la chance de rencontrer et de s’entretenir avec le peintre par deux fois au cours de sa carrière de chroniqueur à la radio, a entamé un travail de mise en contexte historique et d’analyse esthétique de cette œuvre.

Il nous en livre les premières pistes dans cette vidéo.